Art & Culture / DOCU : FRANCESCO MAGLIA, LE FABRICANT DE PARAPLUIES (MILAN)

DOCU : FRANCESCO MAGLIA, LE FABRICANT DE PARAPLUIES (MILAN)

21 March 2016

DOCU : FRANCESCO MAGLIA, LE FABRICANT DE PARAPLUIES (MILAN)

A part Gene Kelly, Francesco Maglia doit probablement être l’homme qui aime le plus la pluie ! Après tout, si lui ne l’aime pas, qui d’autre ? La famille Maglia est partenaire avec la pluie depuis 1854, lorsque le premier Maglia a commencé à produire des parapluies à la main à Pavia, en Italie.

Francesco-Maglia-Umbrellas-Milan

Francesco, qui a aujourd’hui un peu plus de septante ans, est le cinquième Maglia à porter le nom l’entreprise. Il est grand, bien habillé et a une longue barbe blanche. Il se porte avec une élégance spontanée qui est assez rare de nos jours. Il vous séduirait immédiatement avec sa vitalité, ses histoires, anecdotes et blagues. Evidemment, 50 années de service dans le Alpini, la célèbre brigade de montagne de l’armée italienne, contribue à créer un sentiment de camaraderie et de découvrir les plus beaux et fidèles moment de la vie.

En 1876, l’entreprise familiale Maglia déménage à Milan, dabord dans le quartier Corso Genova puis dans le Via Ripamonti. Francesco prend en charge les commandes et le côté commercial, tandis que son frère Giorgio exécute la production avec sa femme Laura.

Francesco-Maglia-Umbrellas-Milan-07jhfjehf - copie

Un parapluie Maglia nécessite septante étapes de production. On est loin de ces parapluies en plastique et fragiles qui se retournent au premier coup de vent. Les parapluies  Maglia sont faits pour durer. L’attention au détail est extrêmement importante. Les produits sont fabriqués à partir de bois véritable, les matériaux utilisés sont découpés et cousus à la main. Les éléments en bois du parapluie peuvent être disponibles en châtaignier, brillant ou mat, en frêne, noisette, manille, bambou, olivier, pour n’en citer que quelques uns. C’est le bombou qui s’avère être le plus cher. Les poignées peuvent également être fabriquées à partir de matériaux comme la corne, le nacre ou encore de cuir.

La majorité des commandes proviennent de l’étranger (approximativement 90%) comme par exemple de Corée, du Japon, de Russie, des Etats-Unis ou encore d’Europe. La production ne se fait que sur demande, avec une commande de minimum deux pièces.

Afin de montrer ses petits chefs-d’œuvre à ses clients fidèles Francesco charge sa Fiat Ulysse avec ses échantillons deux fois par an et se déplace à travers l’Europe. Au cours du temps, ces clients sont devenus des amis proches. Il fut même garçon d’honneur pour le mariage de l’un d’entre eux.

Le parapluie fait entièrement partie de sa vie. Les murs de son atelier ainsi que ceux de sa maison sont recouverts de posters, objets et autres babioles dédiés à un seul thème : le parapluie ! Sa femme a d’ailleurs du insister pour qu’il laisse les murs de leur chambre dénudés !

Francesco-Maglia-Umbrella-Maker-in-Milan Francesco-Maglia-Umbrella-maker-MilanFrancesco-Maglia-Umbrellas-Milan-2 Francesco-Maglia-Umbrellas-Milan-3 Francesco-Maglia-Umbrellas-Milan-03 Francesco-Maglia-Umbrellas-Milan-4 Francesco-Maglia-Umbrellas-Milan-04 Francesco-Maglia-Umbrellas-Milan-07Francesco-Maglia-Umbrellas-Milan-08 Francesco-Maglia-Umbrellas-Milan-09 Francesco-Maglia-Umbrellas-Milan-13 Francesco-Maglia-Umbrellas-Milan-14 Francesco-Maglia-Umbrellas-Milan-19 Francesco-Maglia-Umbrellas-Milan-20 Francesco-Maglia-Umbrellas-Milan-21 Francesco-Maglia-Umbrellas-Milan-22 Francesco-Maglia-Umbrellas-Milan1

SourceBlinkingcity

+ de news Art & Culture