Non classé / KIDS : L’attache doudou, une création belge!

KIDS : L’attache doudou, une création belge!

23 November 2015

KIDS : L’attache doudou, une création belge!

L’attache-doudou créé par une maman de Wépion emballe le jury

Qui n’a jamais retrouvé son Loulou en pleurs, hoquetant de désespoir et qui, entre deux sanglots, parvient à articuler qu’il a « perduuhuuuhuuuuu » son « doudouuuuuuuuuu » ? Un truc qui arrive de préférence lorsque vous partez en week-end chez tante Léonie ou en vacances alors que vous n’êtes plus qu’à 2 km de la frontière.

Deux solutions : l’une, totalement irréaliste, consiste à imaginer que Loulou va se calmer et oublier. Les hurlements qui redoublent d’intensité depuis le siège enfant vont vite vous vous convaincre du contraire. L’autre solution, qui suit généralement la première, consiste à faire demi-tour et aller chercher la précieuse étoffe en lambeau qui, bien sûr, traîne sur la commode. Perte de temps, perte d’argent, retard et stress : les vacances démarrent bien.

Il y aurait bien une troisième solution : puisque Loulou tient tant à son doudou, si on créait un attache-doudou ? Seule une maman, confrontée régulièrement à ce type de catastrophe, pouvait y avoir pensé. Véronique Vannuvel, originaire de Wépion, l’a conçu et l’a présenté en novembre dernier au salon Innova, à Bruxelles. Un vrai coup de cœur puisqu’elle a remporté le prix du public, 2e prix le plus important du salon. Et vient de rééditer l’expé- rience au plus grand salon des inventeurs, celui de Genève! Où elle remporté cette fois ni plus, ni moins que une médaille d’or dans la catégorie « nouveautés pratiques, articles cadeaux » !

Une invention toute en douceur qui trône déjà en bonne place dans une cinquantaine de boutiques, en Wallo- nie, à Bruxelles et au Grand-Duché du Luxembourg. Avec 9 autres femmes entrepreneuses, elle a rencontré la Reine Mathilde dans le cadre de la journée de la femme. L’occasion de lui parler de sa passion et de son produit. A l’occasion de la naissance des deux enfants du prince Albert et de son épouse Charlène, Gabriella et Jacques, le 10 décembre 2014, des attache-doudou made in Wépion ont également migré vers Monaco.

Capture d’écran 2015-11-23 à 13.50.56 Capture d’écran 2015-11-23 à 13.51.09

Que se passe-t-il lorsque Doudou se fait la malle ?

Que se passe-t-il côté enfants et côté parents quand le doudou, chéri depuis si longtemps, est soudain égaré ? Ce n’est pas systématiquement un drame pour son proprio.

« Pour certains enfants, le doudou volatilisé n’empêche pas la vie de continuer, explique Diane Drory psychologue et psychanalyste 2: ils sont passés à autre chose, ils ont avancé sur le chemin de la symbolisation ». Avec, par exemple, tous ces bisous imaginaires que vous glissez dans leur poche : « Quand ça ne va pas, tu prends un bisou ».

Bien sûr, il arrive aussi que la perte du doudou entraîne un véritable traumatisme : cela peut être le cas si l’enfant est très angoissé ou très insécurisé. « Le doudou est encore vu, pour cet enfant, comme faisant partie intégrante de son corps. Le perdre, c’est perdre la seule partie de lui capable de le rassurer. »

Mais, d’une façon générale, « ce qu’on observe surtout, c’est l’affolement parental », souligne Diane Drory. Et les fabri- cants de jouets surfent sur la vague, eux qui sont de plus en plus nombreux à proposer un service de remplacement de doudous perdus.

1 Le Ligueur – 13 Janvier 2015 2 Le Ligueur – 13 Janvier 2015

L’attache-Doudou

Femme au foyer, maman de deux enfants, Véronique Vannuvel a vécu tous ces grands moments de solitude. « J’ai deux enfants qui perdaient régulièrement leurs doudou. J’ai donc réfléchi à une solution qui évitait de devoir racheter des substituts. Et si on accrochait Doudou au poignet de Loulou ? J’ai réalisé l’attache-doudou moi-même ». Et puis, comme souvent, les enfants se sont détachés peu à peu de la précieuse étoffe en lambeau et l’attache-doudou a perdu de son utilité. « Je l’ai laissé traîner deux à trois mois avant de me demander si j’allais le jeter. Et puis, j’ai eu un premier réflexe d’entrepreneuse. J’ai pensé à de futures clientes et je me suis dit que c’était trop bête. Aucune solution identique n’existant sur le marché, l’idée m’est venue de me consacrer à ce projet et d’en faire une entreprise ».

Car Véronique Vannuvel n’a pas toujours été femme au foyer. De septembre 1999 à juillet 2004, elle travaille au sein du secrétariat particulier d’un ministre régional, où elle gère les différentes demandes de soutien adressées à son patron ainsi que son agenda. Au départ du ministre, elle devient employée à la Province du Brabant Wallon. Jusqu’à l’arrivée des Loulous auxquels elle se consacre à plein temps. C’est en 2012 qu’elle reprend le chemin du « bureau » – à son domicile – et qu’elle crée la marque Tiloop.

Rigoureuse et organisée, Véronique s’est formée sur le terrain à la gestion du stress et a affiné ses capacités d’adaptation aux situations les plus invraisemblables. On ne la lui fait pas et quand elle a décidé quelque chose, elle va jusqu’au bout.

« En août 2012, j’ai obtenu une bourse de préactivité (12.500€) ». De l’argent qu’elle va utiliser notamment pour protéger son idée, faire déposer marque et modèle 3D par un bureau de mandataires et financer la labellisation OEKO-TEX® Standard 100.

Créer le produit et le vendre

« Depuis, dit-elle, j’ai investi mon temps dans la préparation, le lancement et le développement de cette entreprise ».

Tiloop a été imaginé et conçu sous forme d’un bracelet, composé de deux anneaux de tissu entrelacés. L’anneau possédant un velcro s’attache au poignet de l’enfant. Le second anneau ne s’ouvre pas et se passe autour du doudou. L’objet chéri reste donc mobile et permet à l’enfant de ne rien changer à ses habitudes d’utilisation de son doudou. Le fait d’avoir un anneau velcro permet, également, de l’attacher au montant de la poussette, de la ceinture de sécurité, au sac, au Maxi-Cosi, … L’aspect sécurité n’a évidemment pas été oublié : Tiloop peut être détaché très rapidement du poignet de l’enfant grâce au velcro permettant d’ouvrir l’anneau et de libérer le bras.

« Je suis plutôt de nature méfiante, reconnaît Véronique. J’essaie donc de garder un maximum de contrôle sur ce que je produis ». Les tissus et les couleurs sont achetés en Belgique par la créatrice namuroise. Par contre, compétitivité oblige, la confection est réalisée avec beaucoup de soins au Maroc. « Par des femmes et pas des enfants » s’est-elle assurée. Les produits reviennent ensuite à Wépion où Véronique se charge de la distribution.

La gamme sera étendue suivant l’évolution des tendances du marché (les couleurs des doudous, les styles de vie, les cultures, les matériaux durables respectueux de l’environnement,…).

Pour l’instant, Tiloop se décline en rose et en taupe et est disponible dans une cinquantaine de points de vente.

En novembre 2014, parmi plus de 300 inventions et une vingtaine de pays représentés, l’attache-doudou a reçu le prix du public au salon Innova de Bruxelles. Le 2ème prix le plus important du salon.

Véronique a remis cela au 43e salon international des inventions de Genève, le plus important salon du genre au monde qui s’est tenu du 15 au 19 avril. Et cette fois, c’était une médaille d’or dans la catégorie « nouveautés pratiques, articles cadeaux » qui était au rendez-vous ! Cocorico !

Il s’agit de la médaille d’or dans la catégorie “nouveautés pratiques”. On était 14 dans la catégorie. Le salon des inventions de Genève est le plus grand salon des inventions. Il a eu lieu en avril dernier. L’attache doudou a reçu aussi le prix du public et la médaille d’argent au salon Innova de Bxl en novembre 2014. Merci pour votre réponse rapide. Le produit est vraiment sympa!

SITE et points de ventes

Capture d’écran 2015-11-23 à 13.50.37

+ de news Non classé