Art & Culture / CINE: WILD, vu pour vous !

CINE: WILD, vu pour vous !

21 April 2015

CINE: WILD, vu pour vous !

Marie-Antoinette, notre spécialiste du cinéma ne cesse d’écumer les salles sombres pour vous donner sa vision des films à voir en ce moment! Une chronique hebdomadaire qui va vous rendre addict!

WILD

« Si ta volonté te lâche, dépasse ta volonté. » Après avoir réalisé un chef d’œuvre tel que « Dallas buyers club », ca ne doit pas être évident pour Jean-Marc Vallée de réitérer l’exploit. C’était d’une telle intensité que ce « Wild » au féminin paraît un peu fade sans toutefois être mièvre. Au terme d’une errance de quatre ans, après le décès de sa mère adorée, Cheryl décide de tout plaquer et se lance dans le « Pacific Crest Trail », une sorte de GR de 1700 kilomètres à travers une partie des Etats-Unis afin de se retrouver face à elle-même et de se confronter à son passé au beau milieu d’une nature sauvage mais pas vraiment hostile non plus. Tout au long de son parcours du combattant solitaire, elle se remémore des souvenirs, des moments heureux ou plus tristes qui ont compté et qui l’ont forgée… On comprend très bien (c’est souligné un peu lourdement) qu’une fois sa mère partie, le processus de deuil a été plutôt violent entre tromperies à répétition alors qu’elle est mariée à un mec plutôt relax, kilos d’héroïne qu’elle s’envoie en intraveineuse avec ses petits copains passagers, accès de colère difficilement gérable…


Le problème du film se situe d’ailleurs dans ces nombreux flashbacks censés nous faire comprendre à quel point Cheryl a souffert du départ de cette mère aimante, toujours positive alors qu’elle était mariée à un homme violent et alcoolique… On se doute qu’elle ne fait pas ce voyage juste pour le plaisir de panser ses ampoules et de dormir sous tente dans un désert parfois peu hospitalier. Mais le choix de Jean-Marc Vallée de nous démontrer par A+B toutes les raisons qui ont poussé Cheryl à se lancer dans un dépassement de soi aussi radical, déforce totalement le propos. On est loin de la sensation d’immense solitude de « Into the wild »… Reese Witherspoon, quant à elle, s’investit à du 200% , et si elle tient la route en marcheuse déterminée, elle a un peu plus de mal à nous faire croire à son addiction aux drogues durs et au sexe débridé… Mais même si il manque le souffle puissant des grands films initiatiques ou de rédemption, j’avoue que j’ai quand même eu envie de chausser mes bottines de marche et faire un bout de chemin avec elle tant les paysages sont magnifiques et que sa démarche force le respect (c’est basé sur une histoire vraie)

Pour découvrir d’autres critiques de films de la pétillante Marie-Antoinette c’est par ici !

+ de news Art & Culture