Art & Culture / CINEMA: De courts métrages à success story (3e partie)

CINEMA: De courts métrages à success story (3e partie)

28 July 2014

CINEMA: De courts métrages à success story (3e partie)

C’est en intégrant la New School for Research et les bancs de la Vancouver Film School que Kevin Smith fait ses premiers pas dans le monde du septième art. Il dirige son premier court métrage « Mae  Day : The Crumbling of a Documentary » (à visionner ci-dessous), fiction sur la vie d’un transsexuel dont la production du film a malheureusement échoué. Kevin Smith et Scott Mosier, co-directeur, décide alors de réaliser un court métrage sur le pourquoi de cette non-réussite.

Ses succès

C’est en 1994 en ayant un emploi de caissier dans une épicerie que nait l’idée de son premier long métrage, « Clerks, les employés modèles », comédie déjantée en noir et blanc. C’est d’ailleurs ce film qui lui vaut ses deux récompenses : Prix de la Jeunesse à la Semaine de la Critique à Cannes et le Prix du Public au Festival de Deauville. Smith rencontre un an plus tard ses fidèles complices : Ben Affleck et Jason Lee. Il signe alors « Les Glandeurs », duo que l’on retrouvera en 1997 pour « Méprise Multiple », le thème de l’homosexualité féminine y est abordé, et confirme ses talents de scénariste.  En 2004, « Père et fille », comédie plus adulte basée sur l’expérience paternelle de Smith, interprétait par Ben Affleck et Liv Tyler. En 2010, le réalisateur dirigera Bruce Willis dans la comédie policière « Top Cops ».

« Mae  Day : The Crumbling of a Documentary » :

Après une licence de philosophie à l’Université du Texas, Wes Anderson décide de franchir le cap de la simple passion et réalise des courts métrages muni de sa caméra Super 8. En 1994, il dirige « Bottle Rocket » (à visionner ci-dessous) qu’il transforme deux ans plus tard en long métrage. Interprétés par Luke et Owen Wilson, ils deviendront des figures emblématiques de la signature Anderson.  Owen n’occupe pas seulement la place d’acteur, comme son frère, Luke, mais aussi celle de co-scénariste, comme dans Rushmore (1998).

Ses succès

En 2001, Bill Murray, acteur fétiche du réalisateur, est à l’affiche de « La Famille Tenenbaum ». Lequel est accompagné d’un casting impressionnant : Gene Hackman, Anjelica Huston, Ben Stiller et Gwyneth Paltrow. « La Vie Aquatique » entre plongeur dépressif et grande aventure marine. Dans l’art d’Anderson « mélancomique », il revient avec la notion de relations familiales avec « A Bord du Darjeeling Limited », Owen Wilson fidèle au poste avec Jason Schwartzman et le petit nouveau Adrien Brody.
Suite aux succès de ses films, Wes Anderson se tourne vers l’animation en 2010 avec « Fantastic Mr. Fox ». Nominé aux Oscars et aux Golden Globes, le film dévoile un nouveau talent chez son réalisateur, qui reçoit le Cristal du Meilleur long métrage au festival international du film d’animation d’Annecy. Anderson dirige en 2012 « Moonrise Kingdom » qu’il co-écrit avec Roman Coppola. Un casting de choix est encore au rendez-vous, Bruce Willis, Edward Norton, Tilda Swinton, sans oublier Bill Murray. Long-métrage qui assura l’ouverture de la 65e édition du festival de Cannes.

« Bottle Rocket » :

Baigné dans le septième art depuis l’enfance, le court-métrage de Christopher Nolan « Tarantella » est diffusé aux Etats-Unis sur la chaîne PBS alors qu’il est encore étudiant en lettres à Londres. En 1997, il réalise « Doodlebug » (à visionner ci-dessous), court-métrage surréaliste d’un homme essayant d’attraper son double.

Ses succès

Un an après « Doodlebug » et « Larceny », son premier long-métrage en noir et blanc est un succès. « Following », histoire de voyeurisme qui permet à Nolan de réaliser « Memento » en 2000. Culte, ce film lui vaut une nomination aux Oscars. Sa notoriété lui apporte le projet « Insomnia » où il dirige Al Pacino et Robin Williams, véritable succès. Doué d’un sens artistique original, il accompagnera un bon nombre d’aventures : « Le Prestige » (2006), thriller de deux magiciens. En 2008, « Batman Begins » révèle la noirceur cachée de la chauve-souris interprêtée par Christian Bale, suivi du second tome « The Dark Knight, Le Chevalier Noir ». S’en suivront des succès tels que Inception (2010) et The Dark Knight Rises (2012).

« Doodlebug » :

+ de news Art & Culture