Art & Culture / Jorge Selaron l’homme à l’escalier nous a quitt...

Jorge Selaron l’homme à l’escalier nous a quitté !

11 January 2013

Jorge Selaron l’homme à l’escalier nous a quitté !

L’artiste céramiste chilien Jorge Selaron a été retrouvé mort la semaine dernière dans les escaliers du centre de Rio de Janeiro.

C’est d’une bien triste manière que l’artiste nous a quitté lui qui passait ses journées sur “son” escalier pour discuter avec les touristes et leur montrer son travail.

En effet, le jour même où le quotidien de Rio O Globo publiait une interview où l’artiste affirmait qu’il recevait des “des menaces de mort” d’un ancien collaborateur avec qui il a travaillé cinq ans, Paulo Sergio Rabello, dont le frère est en prison et contrôlait le trafic de drogue du quartier.

Jorge Selarón aurait en effet représenté une gêne pour les caïds locaux du trafic de drogue ayant la mainmise sur le quartier, très touristique. Son associé entretenait des liens étroits avec “Abelha” un trafiquant déjà connu des autorités locales, et lui adressait depuis peu des menaces de mort répétées. Cloîtré chez lui depuis un mois, alors qu’il sortait quotidiennement discuter avec les passants sur “ses” marches, l’artiste avait retranscrit son inquiétude dans deux gravures datées du 25 novembre 2012:

L’œuvre la plus connue du céramiste est l’escalier du couvent de Santa Tereza, également connu comme “Escalier Selaron”, un des endroits touristiques de Rio. Cet escalier a été décoré au départ par Selaron pour la Coupe du monde de football de 1994. Il est composé de plus de deux mille azulejos différents, de 60 pays, qui couvrent les 215 marches de l’escalier de 125 mètres de long. Certains carreaux étaient régulièrement remplacés pour donner un caractère changeant à l’ouvre. En mai 2005, l’escalier a été classé monument historique par la mairie de Rio de Janeiro et Selaron a été décoré “Citoyen d’honneur” de la ville. L’artiste chilien était installé à Rio depuis 1983.

Sans doute à cause de l’avidité humaine et pour quelques mètres carrés de territoire âprement disputés, Rio perd ainsi l’un des immigrés les plus marquants de son histoire et l’un de ses plus fidèles adorateurs.

L’escalier fait déjà partie du patrimoine culturel et artistique. Leur créateur restera lui gravé dans la mémoire des cariocas et dans celle de millions de touristes l’ayant croisé, le temps d’une conversation ou d’une pose grimaçante face aux appareils photo.

 

+ de news Art & Culture