Mode / Portrait d’Haider Ackermann

Portrait d’Haider Ackermann

10 October 2011

Portrait d’Haider Ackermann

Adopté à l’âge de 9 mois par une famille française alsacienne dont le père est cartographe, Haider Ackermann passe son enfance dans de plusieurs pays d’Afrique (Éthiopie, Tchad et Algérie) et en France avant que la famille ne s’installe aux Pays-Bas. Marqué à 13 ans par la découverte du travail d’Yves Saint-Laurent1, il se rend en Belgique en 1994 pour suivre, durant trois ans, des cours de stylisme à l’Académie royale des beaux-arts d’Anvers. Après cinq mois de stage chez John Galliano, il travaille comme assistant pour un de ses professeurs, le créateur belge Wim Neels. Les années suivantes, il travaille pour différentes marques, notamment Bernhard Willhelm, Patrick Van Ommeslaeghe avant de travailler comme styliste chez Mayerline. En 2001, il crée sa propre marque et présente sa première collection féminine à Paris en mars 2001 lors de la Semaine des défilés. La collection 2002 attire l’attention de la maison Ruffo, spécialiste du vêtement de cuir haut de gamme, qui l’engage pour diriger les collections printemps-été et automne-hiver 2003 pour Ruffo Research. En 2005, il signe avec le groupe belge bvba 32 qui produit et diffuse des stylistes – où ses créations croisent celles de Ann Demeulemeester – et installe son atelier à Paris. Poursuivant sa carrière avec sa propre griffe féminine, il propose une unique collection pour hommes en 2010, dans une démarche créative destinée à souligner la collection pour femmes. Reconnu par ses pairs, en 2011 il compte parmi les stylistes pressentis pour succéder à John Galliano chez Dior, après avoir décliné la proposition de succession de Martin Margiela et que Karl Lagerfeld ait déclaré voir en lui la personne idéale pour lui succéder chez Chanel, certains commentateurs voyant en lui un « nouveau Yves Saint-Laurent ».

+ de news Mode